chien réactivité éducation comportements

La réactivité canine - Thérapie

Jul 28, 2019

La réactivité canine est un sujet récurrent pour les éducateurs et comportementalistes, c'est probablement un des cas les plus couramment traités. Cela demande souvent du temps,et un investissement pour le propriétaire, cet article a pour but de vous expliquer pourquoi votre éducateur ou votre comportementaliste vous a donné tels conseils, utilise telles méthodes avec votre chien et sur quels principes il se base. Je vais surtout parler des cas de réactivité par peur (un chien peut être réactif pour plein d'autres raisons).

Je vais parler ici seulement des éducateurs et comportementalistes qui utilisent des méthodes basées sur le renforcement positif et affilié. Gardez également en tête que chaque cas sera traité de manière différente, en fonction du chien, du propriétaire et des habitudes de votre éducateur, on pourrait dire que cet article est une vague description de la recette, mais que le plat changera d'un individu à un autre.

La réactivité pour le propriétaire, c'est souvent le chien qui réagit mal confronté à certaines situations et stimuli, par exemple un chien qui charge les autres chiens (ou humain ou encore dromadaire si vous voulez), aboie, grogne, ou tout autre comportement similaire. C'est ce qui va pousser le propriétaire à consulter un professionnel.

Alors avant de se lancer dans la recette, deux fondamentaux importants:

Tout d'abord le stress, le stress c'est quelque chose qui monte rapidement et qui prend du temps à redescendre, les mécanismes du stress font que dans un cas de stress intense, l'animal réagit de manière presque automatique. Sans rentrer trop dans les détails, tout être vivant a un mécanisme de survie qui, s’il est exposé à un stimulus potentiellement dangereux, va déclencher tout une chaîne de réactions physiologiques pour préparer l'individu à se battre ou à fuir. Et ce mécanisme empêche également de réfléchir clairement.

Attention, comprenez bien que le stress est un mécanisme de fonctionnement normal pour tout être vivant, il permet de prendre des décisions, cela devient néfaste si les comportements produits sont dangereux ou inappropriés, ou alors si l'individu n'arrive pas à sortir du stress (on arrive donc à une situation ou le stress devient chronique).

L'émotion générée, va amener un comportement, quand un être vivant produit un comportement (aboyer ou grogner par exemple) ce comportement à un but, dans notre cas, échapper au stress, et à la situation stressante. Si le comportement produit l'effet escompté, nous dirons qu'il sera renforcé.

Concrètement si à chaque fois que votre chien aboie, le stimulus disparaît ou alors que d'une manière ou d'une autre on le sort de la situation, pour votre chien, le comportement a rempli son but, il le reproduira donc la fois suivante, donc pour résumer, plus le comportement remplit son but, plus il se reproduira. C'est un mécanisme qui permet à votre chien de gérer son stress.

Ces deux concepts vont être importants pour la suite, les conseils du professionnel vont se baser dessus.

Gestion de l'environnement

Rounded Image

Photo par Laure Briolay

Ce que le professionnel va tout d'abord chercher à faire, c'est de redescendre le niveau de stress de votre chien à un niveau normal, et faire en sorte qu'il ne réagisse pas, (et donc qu'il ne produise pas les comportements gênants). On va donc faire en sorte que le chien soit dans un meilleur état émotionnel, mais également pour éviter que le comportement continue de se renforcer.

Pour cela il va vous donner plusieurs conseils afin de gérer l'environnement: par exemple, promener le chien exclusivement dans des endroits où il ne croisera pas le stimulus déclencheur, choisir des heures de promenade ou le risque de croiser des gens ou d'autres chiens est minime. Faire demi tour, changer de route, si vous apercevez le stimulus.

Il vérifiera également que votre chien à suffisamment d'activité mentale et physique qui lui conviennent (dans le but également d'aider à faire descendre le stress), il pourra également vous proposer des activités supplémentaires, telles que des activités olfactives comme un tapis de fouille, ou des activités sportives (course à pied, vélo), faire plus ou alors moins de promenades. Tous ses conseils ont toujours pour but de faire redescendre le niveau de stress de votre compagnon. Surtout, n'ignorez pas ce type de conseils, ils sont essentiels pour la suite de la thérapie, et pour le succès de la rééducation de votre chien.

Pour l'instant nous n'avons abordé que les solutions immédiates, ou solution de gestion qui ont surtout pour but de diminuer le stress et d'éviter que les comportements se renforcent (et également pour préparer les futures séances de travail).

La rééducation

Ensuite il va vous proposer des séances, chaque professionnel va avoir un panel d'outils différents, ou des méthodes qu'il va affectionner plus que d'autres, mais dans le cas de la réactivité, ils vont tous se baser sur deux principes de base: La désensibilisation et le contre conditionnement.

La désensibilisation consiste à exposer de manière graduelle le chien aux stimuli, dans le but d'étendre sa zone de confort en présence du stimulus.

On va illustrer cela par un schéma:

Zone de confort

Le point noir c'est le stimulus déclencheur, la zone rouge, c'est la zone où votre chien va réagir en présence du stimulus, la réponse au stress devient automatique, la zone orange, c'est une zone d'inconfort, dans cette zone le chien va commencer à montrer des signes de stress, et la verte, c'est la zone où votre chien peut tolérer la présence du stimulus avec un stress minimal.

Avec une désensibilisation, nous allons travailler dans la zone verte, et essayer de l'agrandir petit à petit, en exposant le chien au stimulus de manière graduelle. Le but est très simple, dans la zone verte le chien apprendra plus vite et mieux, quand on entre dans la zone orange, le stress commence à monter, et le chien apprendra moins bien ou en tous cas avec les mauvaises émotions dans cette zone. La thérapie a pour but de changer le comportement, mais pas seulement, le but est également de changer l'état émotionnel du chien autant que possible face au stimulus.

Généralement, le professionnel combinera cela avec un contre conditionnement, pour simplifier, cela consiste à renforcer un comportement alternatif, incompatible avec le comportement original. Le but du contre conditionnement est aussi de changer l'état émotionnel du chien, en renforçant un comportement positivement (qu'il va pouvoir produire en présence du stimulus), le comportement aura donc un effet calmant, apaisant pour le chien qui lui permettra également de gérer son stress en présence du stimulus.

Les méthodes

Méthode - Photo par Laure Briolay

Photo par Laure Briolay

Il existe différentes méthodes pour gérer la réactivité, mais elles reposent toutes sur les mêmes principes et vont surtout différer dans leur application. Dans chacune des méthodes, le professionnel essaiera un maximum de rester dans la zone verte et de l'étendre progressivement.

Une méthode populaire que vous verrez souvent utilisée est le "click to calm" ou "cliquer pour calmer". Cette méthode se repose sur l'utilisation d'un clicker qui est un outil de renforcement positif. L'idée générale de cette méthode est de renforcer tous les comportements qui ne sont pas le comportement gênant en utilisant le clicker, en favorisant les comportements dits "apaisants", comme renifler le sol, se détourner, etc … Tout cela bien sûr en travaillant dans la zone verte. Dans cette méthode l'éducateur va également contre conditionner certains autres comportements, comme la tension sur la laisse (qui souvent est suivie du comportement gênant) et remplacera ce comportement par "regarder le propriétaire" (c'est un exemple).

La stratégie prise par le "click to calm", est surtout de mettre un maximum de gestion de la situation sur l'humain, l'humain va choisir les comportements qu'il souhaite renforcer, il va également guider continuellement le chien dans le travail.

Une autre méthode que votre éducateur pourrait utiliser peut être une méthode dérivée du BAT (Behaviour Ajustement Training), avec cette méthode, le professionnel va surtout utiliser les propres choix du chien comme renforçateurs et se mettre un maximum en retrait (souvent le travail se fait en longe, avec un apprentissage des différentes techniques de longe au propriétaire). On travaille toujours dans la zone verte, en laissant le choix au chien de naviguer comme il le souhaite et on le laisse prendre ses propres décisions. Le propriétaire et le professionnel interviendront exclusivement si le chien s'approche de la zone orange, en s'arrêtant et en laissant le chien revenir dans la zone verte. S'il ne revient pas tout seul, on lui proposera un autre comportement tel qu'un "tu laisses", un rappel, ou autre, il quittera ensuite la zone en accompagnant le chien plus loin dans la zone verte, tout en marquant vocalement la bonne décision du chien. Dans cette situation, le fait de s'éloigner est le renforçateur, ce renforçateur peut être accompagné d'un autre renforçateur comme une activité olfactive, une friandise, un jouet ou autre.

Ce sont juste deux exemples de méthode que pourrait utiliser le professionnel et une description très sommaire de chacune, elles utilisent les mêmes principes, mais de manière différente. Le choix de la méthode par le professionnel va déprendre de vous, du chien, mais également des préférences et habitudes du professionnel. Les deux méthodes citées précédemment ne sont pas incompatibles, le professionnel pourrait choisir un mélange des deux, ou pourrait choisir de commencer par l'une et ensuite partir sur l'autre, ou alors il pourrait avoir une autre méthode reposant sur les mêmes principes, mais différente dans l'application.

Conclusion

Conclusion - Photo par Laure Briolay

Photo par Laure Briolay

Cet article est une explication sommaire des choix de votre éducateur ou comportementaliste afin d'aider votre chien, afin de vous aider à comprendre les conseils qu'il ou elle vous donnera et le but des séances qu'il fera avec vous. D'autres solutions peuvent être proposées en plus de celles que je vous ai exposées, pour aider dans le travail, changer l'état émotionnel, ou encore pour permettre une meilleure gestion au quotidien, les solutions exposées dans cet article sont juste les bases communes que vous retrouverez souvent dans le plan d'action de la gestion et la rééducation de votre chien réactif. Dans tous les cas, si vous avez un chien réactif, ne soyez pas pressé, cela prend souvent du temps de gérer ce type de problématique, des semaines/mois voir années pour certains, il faut donc s'armer de patience, et travailler régulièrement. Si vous ne voyez pas de résultat rapide, ne changez pas d'éducateur ou de méthode tout de suite, cela prend du temps pour avoir des résultats, et changer de professionnel risquerait de ralentir la progression de votre chien. Il va être surtout important de respecter le plus possible les conseils de votre professionnel, et si vous avez le moindre doute, de lui en parler pour qu'il puisse adapter les solutions proposées, ou afin qu'il puisse vous proposer des alternatives.

La communication entre vous et le professionnel, l'application des recommandations et la régularité des séances seront la clef de la réussite de la rééducation de votre compagnon.